Qui suis-je?

Une version audio de la page :

 

Résumé succinct

3 mots… si, comme moi, vous êtes toujours un peu pressé.

Curieuse, pétillante, volontaire

(Le top trois des adjectifs qu’utilisent les personnes qui me côtoient pour me décrire.

On pourrait aussi ajouter bienveillante, sensible et passionnée, sans s’éloigner de la réalité.)

Virginie Kubler-Sutter
Autoportrait

 

Si vous avez le temps d’en lire plus parce que votre curiosité a été piquée

 

Une histoire de scalpels

 

Enfant et adolescente, j’étais fascinée par la science du vivant. Une formation scientifique a développé en moi de belles graines : l’observation, l’analyse et l’échafaudage de raisonnements logiques. Curieuse, je ne me lasse encore pas d’apprendre, d’essayer de comprendre, de risquer l’expérimentation. Ainsi avec quelques détours, j’ai troqué la blouse blanche de laboratoire pour prendre le tablier versicolore de l’atelier. Ma main manipule encore les lames de scalpels, mais cette fois, c’est pour opérer le squelette d’un ouvrage et d’en parfaire son esthétique. Il n’est pas question d’intervention à coeur ouvert, quoique… Les livres n’ont-ils pas aussi pour vocation de toucher ce qui se cache au plus profond de l’être, de soigner les vivants ? Car c’est peut-être l’humain qui m’intrigue le plus, et c’est pourquoi je pars à sa découverte, de mille manières.

 

« Mademoiselle, d’où êtes-vous originaire ? On entend un petit accent mystérieux lorsque vous parlez. »

 

Combien de fois m’a-t-on posé cette question ? Peut-être encore plus en France que lors de mes séjours à l’étranger. Pourtant rien d’étonnant à ce qu’une Alsacienne ait les caractéristiques de l’emblème de sa région : la cigogne est un oiseau migrateur ! À ce titre, je suis à l’aise dans le mouvement car j’ai besoin de liberté autant que ma soif d’aventures est grande. Me voilà donc sur les routes pour prendre l’air et voir comment tourne le monde « la tête en bas ».

« Les voyages forment la jeunesse. » Ce n’est pas moi qui contredirai cet adage mis à l’honneur par l’Union Européenne car je fais partie de l’heureuse génération Erasmus. Je suis fortunée au point d’en avoir poursuivie l’expérience trois années de suite grâce à mon double Master Erasmus Mundus. Au programme, l’apprentissage des langues et de tous les canaux de communication possibles entre êtres humains, la découverte de cultures aussi enrichissantes qu’elles sont différentes de celle qui nourrit mes racines. Les langues étrangères me fascinent et l’insertion dans un nouveau milieu est pour moi une émulation et un défi toujours plaisant à relever. Après mes études : virage à 90° et direction l’Ukraine. Destination inattendue mais dont les enseignements s’avéreront primordiaux dans la découverte de ma veine artistique. Encore quelques pérégrinations et me voilà de retour en France de manière tout aussi imprévue. Je vais redécouvrir ma terre nourricière et en explorer le centre, le noyau, le berceau : « À nous Paris ! ». Mais le voyage continue puisque j’ai passé les derniers étés à la BULAC (Bibliothèque Universitaire des LAngues et Civilisations), où j’ai découvert des langues, des alphabets, des cultures et surtout des personnes aussi passionnantes qu’attachantes !

Prochain arrêt ? Aucune idée ! J’ai bien des billets pour le Canada, parce que mes ailes sont un peu ankylosées et que j’ai soif de découvertes, mais ce n’est que pour un mois !

Et surtout n’oublions pas : les livres sont un des meilleurs passeports qui soit !

 

Des montagnes de livres

 

J’ai été une de ces enfants pour qui la lecture fut la première clé de l’indépendance, de l’évasion et de l’aventure. On imaginera facilement qu’au moins un livre était toujours fourré dans ma poche, que mon nez était le plus souvent possible plongé dans un roman trépidant, et que les bibliothèques étaient un de mes lieux favoris grâce au silence feutré et rassurant qui y régnait mais également à cause des hautes murailles de tranches colorées qui m’ont offert au-delà d’un rempart, la perspective d’heures délicieuses à perte de vue. C’est cette inclination-là et l’enthousiasme d’en apprendre plus sur l’entre-ligne et leurs auteurs qui dirigèrent plus tard mes pas vers la facultés des Sciences Humaines. Passer des journées entières à lire et réfléchir, quoi de meilleur ? Si ce n’est l’impression qu’une vie plus animée encore m’attendait au-delà des pages doctes, romancées et poétiques. Malheureusement, ni le travail académique, ni celui plus pragmatique de libraire ou de bibliothécaire ne recevait mes faveurs, encore moins celui de l’enseignement, que j’eus également le loisir d’exercer. Il me fallait donc un métier encore plus audacieux, tangible, utile. La rencontre avec la reliure fut, à ce titre, fortuite mais indélébile. C’est dans un pays méditerranéen, temple du papier, du cuir, de l’Histoire et de l’Art que je l’ai découverte, et c’est dans ma patrie que je m’y suis formée.

« When the soul is ready, things are too. » Shakespeare. (Quand l’âme est prête, les choses le sont aussi.) est peut-être la phrase qui caractérise le mieux le chemin heureux qui débuta alors. Un sentier escarpé ou tortueux, certes, un cheminement souvent décourageant mais malgré tout parsemé de belles rencontres empruntes de douceur avec des personnes animées par la même passion. C’est cela qui permet de mettre un pied devant l’autre et de continuer à croire en ce projet un peu fou car c’est évidemment un métier aussi exigeant que captivant. Ainsi, nonobstant les difficultés, l’effort vaut largement la joie du progrès et la satisfaction du travail accompli.

Je crois que je pourrais vous en parler encore des heures, alors le plus simple est peut-être que vous veniez à l’atelier !

Pour finir

 

Quelques pensées qui m’habitent, me guident ou parlent de moi :

« Il faut commencer par éprouver ce qu’on veut exprimer. » – Van Gogh

« Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. » – Picabia

« Choose wonder over worry. »

« Tes rêves te demanderont de risquer, de laisser le confort, d’exister dans le monde, d’être différent, de déranger, de croire en toi. »

« Difficult roads often lead to beautiful destinations. »

« Les décisions importantes se prennent toujours vite, je crois. Elle mûrissent en secret et puis le moment venu, elles tombent en un instant. » – Fr. Dannemark